Emile Ouosso Ministre insiste sur le développement du transport routier en République du Congo

Rédigé par undergseo - - Aucun commentaire

Connue aussi sous le nom de Congo-Brazzaville, la République du Congo est un pays d'Afrique centrale d’une population estimée à 5 279 517 d’habitants qui regorgent plusieurs ressources naturelles. Le boom économique actuelle du bassin du Congo est fortement dépendant  du transport routier. Emile Ouosso Ministre, au Congo, explique pourquoi.

Le réseau routier du Congo Brazzaville : un réseau en pleine rénovation

Le réseau routier est le principal moyen de transport en république du Congo. Après les conflits armés des années quatre-vingt-dix celui-ci s’est fortement dégradé. Il s’étend actuellement sur 34 600 km dont seulement 5 000 km bitumés. Soit un peu plus de 14 % du réseau et ce sont les habitants des grandes villes qui en bénéficient le plus.

"Conscient que le réseau routier est indispensable pour le développement économique, l’État congolais s’est engagé dans la réhabilitation des routes et dans la construction des infrastructures routières" souligne Emile Ouosso Ministre . Il rajoute, "C'est dans cette optique qu'a eu lieu la construction d’un tronçon entièrement bitumé et long de 312 kilomètres qui relie la capitale congolaise Brazzaville à Yaoundé au Cameroun en est la preuve. Une grande innovation".

Le transport urbain : un moyen très utilisé pour se déplacer en république du Congo

Le transport urbain est beaucoup utilisé par la population du Congo pour se déplacer. C’est plus de deux tiers des habitants qui utilisent les nombreux moyens de transport qui existe à travers le pays pour se rendre d’un point à un autre. Les un tiers restant se répartissent entre les voitures particulières, les utilisateurs de moto, de vélo ou encore ceux qui préfèrent marcher.

Emile Ouosso présente les moyens de transport urbain les plus utilisés.

  • Les bus et les taxis bus : Appelés Cent-Cent ou fula fula, ces moyens de transport desservent les grandes villes (Brazzaville, Pointe noire…). Pour les utiliser, il faut débourser minimum 150 FCFA. En fonction de la longueur les tarifs du taxi bus peut passer au double voir au triple.
  • Les taxis : De couleur verte, bleu et rouge selon les villes ils sont moins utilisés à cause de leurs coûts plus ou moins élevés : 700, 1000, 1500 FCFA.
  • Les motos taxi : En pleine expansion dans quelques villes, ces engins font le bonheur des habitants. Ils permettent de se rendre dans les zones ou les voitures particulières et autres moyens de transport ne peuvent aller.
  • Les motos « Kavaki » : ils sont généralement utilisés pour le transport les marchandises.

Des mesures politiques prises par l’état pour l'amélioration du transport routier

"Le gouvernement congolais affiche sa volonté de vouloir redynamiser le secteur du transport en république du Congo" rappelle Emile Ouosso Ministre. En effet comme dans la plupart des pays en développement, ce secteur est confronté à quelques difficultés. L’État congolais a donc pris des mesures adéquates afin de résoudre les problèmes récurrents de ce secteur.

Le principal projet est la mise en concession des routes nationales. En effet, par cet acte l’état confie la gestion du réseau routier congolais à une entreprise privée ( appelée La Congolaise des Routes). Ce partenariat a été conclu pour une période de 30 ans. Cette délégation de service concerne la conception des routes, l’installation et la mise en fonction des équipements de péage et de pesage. La date de démarrage des exploitations était fixée au 30 mars 2019.

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot vpzblp ? :